Canada Objectif 9

D’ici 2020, tous les stocks de poissons et d’invertébrés But Bet toutes les plantes aquatiques sont gérés et récoltés de manière durable, légale et en appliquant des approches fondées sur les écosystèmes.


Indicateurs :


À propos de l’objectif

Les pêches au Canada offrent une variété d’avantages socioéconomiques, comme la subsistance, des emplois, des loisirs et un accès à des aliments traditionnels. Toutefois, des pratiques de pêche non durables peuvent compromettre la biodiversité, ainsi que le bien-être à long terme de l’environnement et des communautés qui en dépendent. Pour que ces avantages persistent, il est important de protéger et de promouvoir la santé des écosystèmes marins et d’eau douce en évitant les pratiques de pêche destructrices, en gérant les prises accessoires, en rétablissant les stocks épuisés et en prévenant la surpêche.

L’objectif 9 du Canada est liée à l’objectif d'Aichi mondial suivant dans le cadre du Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique :

  • Aichi Objectif 6 - D’ici à 2020, tous les stocks de poisson et d’invertébrés et plantes aquatiques sont gérés et récoltés d’une manière durable, légale et en appliquant des approches fondées sur les écosystèmes, de telle sorte que la surpêche soit évitée, des plans et des mesures de récupération sont en place pour toutes les espèces épuisées, les pêcheries n’ont pas d’impacts négatifs marqués sur les espèces menacées et les écosystèmes vulnérables, et l’impact de la pêche sur les stocks, les espèces et les écosystèmes restent dans des limites écologiques sûres.

 


Évaluation provisoire des progrès de 2018

Progression vers l’objectif, mais à un rythme insuffisant icôneLe Canada fait des progrès, mais à un taux insuffisants pour atteindre l'objectif 9 du Canada d'ici 2020. Résultats de l’Étude sur la durabilité des pêches suggèrent que le Canada est généralement en voie d’atteindre l’objectif 9 du Canada pour les principaux stocks de poissons. Toutefois, bien que les données sur les prises soient généralement exhaustives, les détails sur les espèces de prises accessoires ne sont pas bien compris. De plus, les politiques du Cadre pour la pêche durable mettent principalement l’accent sur la gestion des risques découlant d’une seule pêche et non à l’échelle de toutes les pêches et de tous les stocks dans un écosystème défini.

Le Canada suit les progrès réalisés vers l’atteinte de l’objectif 9 en évaluant l’état des principaux stocks de poissons et la pêche de ces stocks.  La principale source de données pour ces évaluations est l’Étude sur la durabilité des pêches. Dans le cadre de cette étude annuelle, de l’information est recueillie sur l’état des principaux stocks, le caractère durable des pêches, et les progrès réalisés dans l’application des approches de précaution et la gestion des prises accessoires. L’étude s’appuie sur des rapports d’évaluation des stocks et des documents de recherche qui sont examinés par des pairs.

Le Cadre pour la pêche durable du Canada correspond au cadre stratégique national en matière de gestion des pêches à l’appui de la conservation et de l’utilisation durable des ressources marines. Dans ce cadre, les politiques sont conçues pour atténuer les risques que les pêches peuvent poser pour les espèces cibles, les prises accessoires, l’habitat benthique et d’autres éléments de l’écosystème. Les politiques sont appliquées aux pêches en utilisant les meilleures données scientifiques disponibles, et les progrès sont surveillés et évalués. Dans son ensemble, le Cadre pour la pêche durable établit la base d’une approche axée sur les écosystèmes et sur la précaution qui s’applique à la gestion des pêches au Canada.

Des travaux supplémentaires sont donc nécessaires pour élaborer une méthodologie de gestion des pêches et des stocks à l’aide d’approches fondées sur les écosystèmes. Des efforts doivent par ailleurs être déployés pour tenir compte du rôle des espèces fourrage dans un écosystème lors de l’établissement des prises admissibles pour une population de poissons-fourrage. Lorsque l’étude détermine que l’abondance d’un stock de poissons est passée à un niveau critique (un seuil biologique précis), il faut mettre en place un plan visant à rétablir le stock à des niveaux plus sains. En 2017, le Canada s’est engagé à achever des plans de rétablissement de 19 stocks de poissons prioritaires sur quatre ans. Le rétablissement des stocks contribuera à l’augmentation et au maintien de la biodiversité des ressources halieutiques marines du Canada. Reconnaissant que cet engagement exige des mesures continues et progressives, à l’automne 2018, le gouvernement du Canada a annoncé un financement supplémentaire pour appuyer la mise en œuvre de l’évaluation des stocks et des efforts de rétablissement des stocks de poissons prioritaires en vertu d’une Loi sur les pêches renouvelée.

Le Canada a accompli des progrès considérables pour gérer les répercussions des pêches sur les zones d’habitat benthique marin au moyen de fermetures de pêches. Il a aussi été déterminé que les nombreuses fermetures de zones de pêche du Canada sont d’autres mesures de conservation efficaces fondées sur les zones, qui contribuent à la réalisation de l’objectif 1 du Canada et de l’objectif 11 d’Aichi.

Le Canada participe également à un certain nombre de forums internationaux visant à appuyer la durabilité mondiale dans la gestion des pêches. Par exemple, il participe à de multiples organisations régionales de gestion des pêches ainsi qu’à la Commission des pêches du Pacifique Nord, et il est observateur auprès d’autres commissions, dont la North Atlantic Marine Mammal Commission et l’International Whaling Commission.

Le Canada est membre du Comité des pêches de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, qui formule des recommandations aux gouvernements, aux organismes régionaux de pêche, aux organisations non gouvernementales, aux travailleurs du secteur des pêches et à la communauté internationale sur les questions internationales de pêche et d’aquaculture. Le Canada est également en voie de ratifier l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port (PSMA) de 2009 visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), qui établit des normes minimales mondiales applicables aux mesures de ressort que les États du port doivent prendre lorsqu’un navire étranger, reconnu ou soupçonné d’avoir participé ou contribué à des activités de pêche illicites, non déclarées ou non réglementées, cherche à entrer dans un port pour débarquer des prises ou utiliser les services portuaires.

 

Revenir aux buts et objectifs du Canada