Canada Objectif 4

D’ici 2020, les considérations en matière de biodiversité But Asont intégrées dans la planification municipale et les activités des principales municipalités à travers le Canada.


Indicateurs :

 

À propos de l’objectif

En 2015, environ 80 % de la population canadienne vivait dans les plus grandes régions urbaines (Régions métropolitaines de recensement, ou RMR). La superficie totale des terres dans les RMR du Canada a presque doublé entre 1971 et 2001. Même si les régions urbaines occupent une partie relativement petite du territoire canadien, elles se situent souvent à des endroits où la biodiversité est particulièrement riche, comme les régions côtières, les vallées fluviales ou les rives de lacs. Les répercussions de la perte d’habitat attribuable à l’urbanisation peuvent donc être disproportionnées par rapport à la superficie de la région perturbée. L’expansion urbaine peut aussi altérer des bassins versants, dégrader la qualité de l’eau pour la biodiversité aquatique, et accroître la vulnérabilité aux inondations. Depuis quelques années, on comprend mieux l’importance d’avoir des écosystèmes sains en milieu urbain. Parmi les avantages des espaces verts pour les citadins figurent l’assainissement de l’air, une diminution des maladies respiratoires, l’atténuation des phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes, et des possibilités d’éducation environnementale, d’amélioration du développement cognitif et d’activités récréatives. Les forêts urbaines et d’autres zones naturelles ou naturalisées créent non seulement des quartiers attrayants, mais peuvent aussi fournir des infrastructures naturelles qui, par exemple, favorisent la qualité de l’eau et de l’air, et aident à contrôler les inondations et à réduire l’érosion. La biodiversité urbaine sous-tend ces services écosystémiques et soutient les espèces pollinisatrices ainsi que les espèces aviaires et autres qui contribuent à la lutte contre les insectes nuisibles. La position unique des municipalités leur permet de jouer un rôle important, notamment d’élaborer des solutions locales adaptées à la biodiversité.

L’objectif 4 du Canada est liée à l’objectif d'Aichi mondial suivant dans le cadre du Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique :

  • Aichi Objectif 2 - D’ici à 2020 au plus tard, les valeurs de la diversité biologique ont été intégrées dans les stratégies et les processus de planification nationaux et locaux de développement et de réduction de la pauvreté, et incorporés dans les comptes nationaux, selon que de besoin, et dans les systèmes de notification.

 


Évaluation provisoire des progrès de 2018

En voie deréaliser l’objectif icôneLe Canada est en voie d’atteindre l’objectif 4. Les progrès sont évalués d’après le nombre de moyennes et grandes agglomérations qui ont élaboré des stratégies de conservation de la biodiversité et le nombre d’entre elles qui ont intégrés des objectifs en matière de biodiversité dans leurs documents de planification municipale.

Il y a un nombre restreint, mais croissant, de municipalités au Canada s’efforcent d’intégrer les considérations relatives à la biodiversité dans leur planification, leurs politiques et leurs activités majeures.

Par exemple :

La municipalité de Delta, en Colombie-Britannique, a élaboré une stratégie de conservation des oiseaux et de la biodiversité, en partenariat avec les naturalistes locaux, la communauté agricole et les organismes fédéraux et provinciaux;

La municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue, au Québec, a intégré une section sur les espaces naturels dans son plan de développement durable, afin de protéger la biodiversité et les espaces naturels;

La municipalité d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, met en place un plan directeur des forêts urbaines afin d’accroître la densité des arbres dans toute la municipalité.

Veuillez consulter le rapport supplémentaire sur l’objectif 4 du Canada, annexé au Sixième rapport national du Canada à la CDB pour obtenir davantage d’information sur plusieurs exemples (disponible en anglais seulement).

En 2017, L’organisme ICLEI –Les gouvernements locaux pour le développement durable a mené une enquête sur les efforts en matière de biodiversité dans les moyennes et grandes municipalités du pays. ICLEI – Les gouvernements locaux pour le développement durable est un organisme non gouvernemental sans but lucratif qui travaille avec les administrations locales pour sensibiliser les gens et renforcer les capacités à répondre aux préoccupations en matière de biodiversité à l’échelle locale. Au Canada, ICLEI travaille avec les municipalités canadiennes depuis 2009 afin de les sensibiliser aux enjeux de la biodiversité, de dresser le profil des champions et des intendants de la biodiversité et de créer une plateforme de mise en commun des idées et des pratiques exemplaires. Par exemple, ICLEI a élaboré les guides biodiverCITIES : A Primer on Nature in Cities (2014) et A Handbook for Municipal Biodiversity Planning and Management (2015) (disponible en anglais seulement)..

Au total, 46 municipalités canadiennes de moyenne et grande taille ont répondu au sondage. 51 % ont indiqué qu’elles avaient une politique ou une stratégie dédiée à la biodiversité ou qu’elles en avaient une en cours d’élaboration. 91 % ont indiqué que leurs documents de planification municipale contenaient des objectifs en matière de biodiversité. Bien qu’il ne soit pas possible de faire des comparaisons directes, ces résultats indiquent des progrès depuis qu’une enquête semblable a été menée en 2014.

Ces résultats sont encourageants, plusieurs villes ayant signalé qu’elles prenaient des mesures importantes. Toutefois, l’enquête représente un échantillon relativement restreint de toutes les municipalités canadiennes et la mesure dans laquelle les petites municipalités, en particulier, intègrent systématiquement les considérations liées à la biodiversité à la planification locale n’est pas claire. L’échange d’information sur les pratiques exemplaires dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies et de plans d’action municipaux en matière de biodiversité, la poursuite de la collaboration avec les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux ainsi que l’obtention de ressources et de formation peuvent offrir aux municipalités des occasions de faire des progrès supplémentaires dans la restauration des écosystèmes urbains, le maintien des infrastructures naturelles, le rapprochement des résidents avec la nature et le soutien des initiatives d’intendance locales.

 

Revenir aux buts et objectifs du Canada