Canada Objectif 18

D’ici 2020, la biodiversité est intégrée dans les programmes But Dd’études des niveaux élémentaire et secondaire.

 

Indicateur :


À propos de l’objectif

L’éducation et la sensibilisation des jeunes à la biodiversité sont essentielles si le Canada souhaite former sa prochaine génération de chefs de file en matière de conservation et de développement durable, faire de la biodiversité un enjeu dominant et atteindre ses objectifs en matière de conservation de la biodiversité. L’intégration de la compréhension et de l’importance de la biodiversité permettra de créer une culture axée sur l’appréciation, la conservation et l’action. Cet objectif met l’accent sur l’enseignement de la biodiversité aux jeunes Canadiens au moyen de l’intégration de la biodiversité au programme d’enseignement régulier.

Les systèmes d’éducation provinciaux et territoriaux sont le principal moyen d’intégrer les questions de biodiversité dans les programmes d’études réguliers. Des efforts sont déjà en cours dans diverses institutions à travers le pays. En Ontario, par exemple, l’intégration de la biodiversité dans les programmes scolaires de la maternelle à la 12e année est un objectif de la stratégie provinciale sur la biodiversité.

Dans une analyse de 2014 des gouvernements provinciaux et territoriaux, des cinq provinces et territoires ayant présenté un rapport, tous ont indiqué que la biodiversité avait été intégrée dans les programmes d’études primaires et secondaires et tous ont indiqué que la biodiversité est une unité ou un thème spécifique dans le programme d’études. La biodiversité est enseignée à tous les niveaux scolaires, principalement dans le cadre des cours de sciences ou de sciences et technologie. Dans plusieurs provinces, les concepts clés de la biodiversité sont également intégrés dans d’autres matières de différents niveaux, notamment les arts, les études professionnelles et technologiques, les études sociales, l’éducation physique et la santé, et la musique. Le Conseil des ministres de l’Éducation offre un autre moyen d’encourager l’intégration de la biodiversité dans les programmes scolaires du primaire et du secondaire, par exemple grâce à son Cadre pancanadien de collaboration et d’action en matière d’éducation au développement durable.

L’intégration de la biodiversité dans les programmes d’études réguliers est souvent soutenue par une éducation informelle dans les zoos, les aquariums, les jardins botaniques, les parcs nationaux et provinciaux, les musées, les centres d’éducation en plein air et d’éducation environnementale du Canada, ainsi que par des organisations ou des programmes axés sur l’éducation et la sensibilisation des jeunes à la biodiversité, comme Envirothon.

L’objectif 18 du Canada est liée à l’objectif d'Aichi mondial suivant dans le cadre du Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique :

  • Aichi Objectif 1 - D'ici à 2020 au plus tard, les individus sont conscients de la valeur de la diversité biologique et des mesures qu'ils peuvent prendre pour la conserver et l'utiliser de manière durable.

 


Évaluation provisoire des progrès de 2018

En voie deréaliser l’objectif icôneLe Canada est en voie d’atteindre l’objectif 18. Les 10 provinces et territoires qui ont participé à une enquête en 2018 ont déclaré que les valeurs de la biodiversité ont été intégrées aux programmes d’études primaires et secondaires. De plus, bon nombre ont également mentionné que les principaux concepts et termes liés à la compréhension de la biodiversité et à la sensibilisation à celle-ci sont enseignés à tous les niveaux scolaires.

Les sujets relevés dans le cadre des programmes scolaires incluent : la science de la diversité de la vie (p. ex. habitats et collectivités); le rôle des organismes vivants dans les écosystèmes (p. ex. réseaux trophiques); les impacts des humains sur la biodiversité (p. ex. espèces envahissantes et perte d’habitat); l’utilité économique de la biodiversité (p. ex. services écosystémiques); les perspectives socioculturelles et les rôles des gouvernements.

En plus de ces activités en classe, les gouvernements de tout le pays s’associent à diverses organisations non gouvernementales pour concevoir et offrir des programmes d’éducation et de sensibilisation.

Par exemple, grâce à un financement sur trois ans pour faire participer les enfants canadiens à la conservation de la faune, Environnement et Changement climatique Canada aide les organisations à sensibiliser et à mobiliser les enfants de 6 à 12 ans au sujet de la conservation de la faune canadienne, de la protection de la biodiversité du Canada et des principales menaces à la biodiversité, comme les changements climatiques. En particulier, ce financement appuie des programmes conçus pour : (1) accroître les connaissances et la sensibilisation des enfants à l’égard de la faune du Canada, y compris les menaces qui pèsent sur la faune et son habitat, et la façon de conserver et de rétablir les espèces en péril; (2) offrir aux enfants la possibilité de participer à des activités qui contribuent à la conservation de la nature; et (3) inciter les enfants à devenir des intendants actifs du milieu naturel.

La Charte du plein air pour les enfants de l’Ontario vise à inciter les enfants à sortir dehors pour qu’ils découvrent les merveilles de la nature et s’en rapprochent. Il s’agit d’une initiative de sensibilisation qui encourage les enfants à explorer et à découvrir la biodiversité de l’Ontario en participant à 12 activités recommandées : suivre un sentier, explorer un parc, récolter quelque chose à manger, nager dans un lac, pagayer en canoë, jouer dans la neige, construire un fort extérieur, visiter une ferme, camper sous les étoiles, aller à la pêche, observer les plantes et la faune, et créer une aventure en plein air. Elle comprend un passeport d’activité que les enfants peuvent utiliser pour consigner leurs activités de plein air et une affiche pour promouvoir l’initiative. L’idée est que les enfants qui établissent un lien avec la nature grandissent en prenant soin de la Terre et en aidant à conserver sa biodiversité.

La population canadienne est très sensibilisée à l’importance de la nature. Le rapport de 2014 sur les résultats de l’Enquête canadienne sur la nature a révélé que plus de 90 % des adultes canadiens étaient au courant de certains services écosystémiques que fournit la nature, comme de l’air et de l’eau propres, un sol fertile, des lieux de loisirs et la pollinisation. De plus, 24 % des adultes canadiens, soit 6,4 millions de personnes, ont indiqué participer à des activités bénévoles de conservation de la nature, comme la science citoyenne (lorsque des membres du grand public participent à la collecte et à l’analyse de données).

Un sondage d’opinion réalisé en 2015 a établi que 89 % des Canadiens reconnaissent qu’il est important de prévenir la disparition d’espèces de flore et de faune sauvages au Canada. Un sondage distinct mené auprès d’enfants canadiens âgés de 8 à 11 ans a révélé que 85 % des répondants ont dit qu’il était « très important » de prendre des mesures pour protéger l’environnement. La majorité des enfants (69 %) ont indiqué que l’extinction des espèces était le problème environnemental le plus important pour eux.

Le Canada participe également activement à un certain nombre d’initiatives internationales liées à l’objectif 1 d’Aichi. Par exemple, le Canada codirige l’initiative mondiale #Naturepourtous, qui vise à solliciter un vaste appui et des mesures de la part du public et de multiples secteurs pour la conservation de la biodiversité partout dans le monde.  #Naturepourtous réunit plus de 230 organisations qui s’emploient à inspirer l’amour, le soutien et l’action pour la conservation de la biodiversité dans le monde. Le mouvement repose sur la conviction que les expériences personnelles avec le monde naturel offrent d’immenses bienfaits pour la santé, le bien-être et la résilience des personnes et de la société et qu’ils constituent le fondement d’un appui et d’un engagement à vie à l’égard de la conservation de la biodiversité.

 

Revenir aux buts et objectifs du Canada